Manifeste pour les solidarités Nanterriennes


Nanterre est une ville qui est fière de son passé ouvrier, du front populaire, de l’accueil de populations venues d’abord de toute la France pour travailler dans ses usines, puis de Pays Européens enfin du Maghreb et d’Afrique pour travailler dans le bâtiment et l’automobile.


Nanterre est une des villes témoin historique du mouvement de Mai 68 et des idéaux de fraternité, d’égalité et de progrès que portaient ses étudiants.

Ce passé nous voulons continuer à l’incarner car l’injustice sociale nous insupporte.


Certes, les grands accords sociaux sur la durée du travail, le dispositif d’indemnisation des demandeurs d’emploi, le système de retraite, l’éducation, … relèvent de la politique nationale et des discussions entre les partenaires sociaux.

Pour autant, une ville ne peut rester une île qui ignorerait le reste du pays et elle a un rôle à jouer : la solidarité peut rester le cœur même de l’action municipale !


Certaines villes, d’ailleurs très représentées dans les Hauts-de-Seine, reproduisent les schémas de discrimination sociale car les privilégiés y sont nombreux. Nous sommes pour notre part convaincus du fait que, naître et/ou vivre à Nanterre ne devrait pas être un facteur de discrimination mais un facteur de réussite.


C’est la base même du projet qui nous a fait rejoindre #NoussommesNanterre.


1. La première solidarité est celle qui vise à abolir les frontières entre les quartiers de Nanterre qui ne se parlent pas et se replient sur eux-mêmes : le Mont-Valérien et le Parc Sud, le Chemin de l’Ile et le Centre, le Petit Nanterre et le futur quartier des Groues pour ne citer que ces exemples.

Il n’y a rien d’impossible à ce que ceux qui vivent dans des logements sociaux n’aient pas le même niveau de confort que ceux qui habitent dans des résidences privées. Concentrons nos efforts sur la qualité de nos logements sociaux plutôt que de viser la quantité, rééquilibrons les quartiers en mélangeant accession à la propriété et locatif, privilégions le cadre de vie en limitant la bétonisation.


2. La deuxième solidarité est celle de la réussite éducative. Combien de Nanterriens, pour assurer la réussite de leurs enfants, font le choix de les scolariser dans des établissements privés en dehors de la ville, parfois au prix de sacrifices financiers, toujours au prix de déplacements significatifs et fatigants pour les enfants, alors qu’une politique active dans ce domaine pourrait en faire une ville exemplaire en matière de réussite éducative ? Des actions doivent être engagées à tous les niveaux, pour les enfants et pour les parents : action directe dans les écoles primaires gérées au niveau de la ville, politique de soutien concertée pour les collèges et les lycées, renforcement des aides à l’orientation et école de la seconde chance.


3. La troisième solidarité est celle de l’aide aux personnes en difficulté sociale.

Il s’agit de poursuivre l’œuvre du Centre Communal d’Action Sociale en le faisant travailler de manière plus efficace avec le département mais aussi avec la maison de l’emploi car c’est souvent la difficulté de trouver un emploi qui est la source de la difficulté sociale.


4. La quatrième solidarité est celle entre les retraités et les actifs, entre les retraités et les enfants. Nous voulons favoriser les maisons partagées et les actions des retraités en matière d’éducation (ateliers lecture, soutien scolaire, support pour l’entrée dans la vie active …)


5. La cinquième solidarité est celle qui s’organise autour de la santé. Maintenir et faire progresser les centres de santé, faire face à la pénurie de médecins en organisant dans tous les quartiers des centres médicaux 


3. La Sixième solidarité est celle qui verra revenir une égalité aux droits et aux services publics, par une action sur l’accès au numérique d’un côté, et la proximité de ces mêmes services de l’autre.


Olivier Bensmaine, Jamel Mazouzi, Eric Maldiney

Nanterre, le 20 décembre 2019



Jamel Mazouzi

Natif de Nanterre, j’ai fait ma scolarité et mes études supérieures dans ma ville. Je travaille à Paris et suis toujours à Nanterre.

Attaché à ma ville, je considère qu’il n’y a pas de fatalités sur les territoires. J’ai toujours milité dans des associations (logement, parents d’élèves, usagers des transports, sport, et cadre vie). Mon expérience, je veux la mettre au service des Nanterriennes et Nanterriens. Je pense que notre ville manque d’ambitions, proposons d’autres approches (culture, sport, cadre de vie, convivialité, liens intergénérationnels, urbanisme, écologie urbaine, etc)  pour permettre de bien Vivre Nanterre.

Cette ville a besoin d’un nouveau souffle à l’image de notre logo avec ses voiles représentant les 10 quartiers de Nanterre. L’affichage de la démocratie participative de la ville laisse à désirer, en effet,  mises à part des réunions de conseils de quartiers où ce qui se décide trouve rarement à se concrétiser, les habitants qui sollicitent pour leur quotidien la ville voient souvent des non réponses, des fins de non-recevoir, ou le contraire de leur demande.

Je pense que la ville bouge et qu’elle ne doit pas rater le rendez-vous d’une ville ou tout un chacun trouvera sa place.


Olivier Bensmaine

Issu de la diversité par un père algérien et une mère réunionnaise je crois que l’essentiel dans une ville est de faire de la fraternité une réalité concrète et observable.

La fraternité commence par la connaissance de l’autre, de sa culture, de ses valeurs quand l’ignorance crée la peur.

La richesse de Nanterre est celle du foisonnement des origines.

Elle s’incarnerait bien dans une fête des communautés d’origine qui mélangerait les saveurs et les couleurs.


Éric Maldiney

Engagé dans la   fédération des parents d’élève FCPE dont j’ai été le responsable pour Nanterre, je considère que la priorité des priorités est celle de la réussite scolaire.

Elle commence dès la crèche et l’école maternelle, se poursuit au collège, au lycée, dans l’enseignement supérieur et l’apprentissage.

Il reste beaucoup à faire à Nanterre pour que cette réussite scolaire soit à la hauteur des richesses que la ville pourrait lui consacrer.

  • Black Facebook Icon

Vivre Nanterre

Association loi de 1901

contact@vivre-nanterre.fr